÷
Eglise Protestante Unie de France

Créée en 2012, l’Église protestante unie de France est l’union de l’Église réformée de France et l’Église évangélique luthérienne de France. Ces deux Églises sont nées au XVIe siècle dans le mouvement de la Réforme. Elles sont membres fondateurs de la Fédération protestante de France (1905).

Cette nouvelle Église s’inscrit dans une dynamique commune, en vue d’un meilleur témoignage et de service de l’Évangile au sein de la société française. Elle prend en compte le plus largement possible la diversité existant dans les traditions luthérienne et réformée avec la volonté de s’en enrichir.

 

Repères :

  • 400 000 personnes font appel aux services de l’Église protestante unie de France
  • 500 pasteurs dont 1/3 de femmes
  • 480 paroisses
  • 1000 lieux de culte
  • 2 facultés de théologie
  • 9 régions
  • 10 000 animateurs et responsables
  • 250 000 participants  à la vie de l’Église
  • En France, 1,5 million de personnes se disent protestantes de conviction (3 % de la population)

 

L’Église protestante unie dans l’histoire du protestantisme

Évolutions
Au XVIe siècle, la Réforme protestante apparaît presque simultanément en plusieurs points d’Europe. Elle est unie sur des convictions fondamentales : Dieu est un Père qui nous aime inconditionnellement et non pas un juge qu’il faut craindre ; tous les humains sont égaux devant lui ; la Bible a plus d’autorité que l’Église, etc. Elle est diverse dans ses formes et ses expressions. En France, elle naît au carrefour des idées luthériennes venues du monde germanique et de l’humanisme de la Renaissance.

Les protestants français ont toujours été une petite minorité.
Longtemps persécutés, ils ont progressivement trouvé leur place dans la société française, à partir de la Révolution et grâce aux progrès de la laïcité, dont ils ont été des promoteurs actifs.

En France, 1,5 million de personnes se disent protestantes de conviction (soit 2,3% de la population métropolitaine).

 

Le protestantisme contemporain se diversifie

En France, les deux tiers de ses Églises et mouvements sont membres de la Fédération protestante de France, dont l’Église protestante unie fut cofondatrice (en 1905) et dont elle est la première Église en nombre de membres.
Le protestantisme évangélique (baptistes, pentecôtistes, etc.) est en croissance, en particulier grâce aux protestants venus d’outre-mer et de pays du Sud. Le protestantisme luthérien et réformé se renouvelle : la création de l’Église protestante unie en 2012 en témoigne.

 

Une Union respectueuse de la diversité
L’Église protestante unie de France a été construite au travers d’un processus de cinq années. Elle était déjà partiellement vécue, en particulier au travers de la formation commune des pasteurs (depuis 1969) et de la possibilité d’exercer le ministère pastoral dans l’une ou l’autre Église.

L’Église protestante unie prend en compte le plus largement possible la diversité (théologique, ecclésiale, liturgique) existant dans les deux Églises, avec la volonté de s’en enrichir et, sur cette diversité, de proposer à la société un témoignage commun.
L’organisation en régions est maintenue, sans bouleversement de fonctionnement. La totalité des Églises locales, paroisses accepte d’entrer dans l’Union, une originalité à une époque où le religieux vit plutôt des éclatements et des séparations identitaires.
L’Église protestante unie de France constitue une base ouverte à des développements futurs et se veut ouverte à d’autres Églises de la Réforme.
À travers l’union entre luthériens et réformés, l’Église protestante unie témoigne qu’il est possible de vivre l’unité dans la diversité et le pluralisme.

En savoir plus : www.eglise-protestante-unie.fr

Les commentaires sont fermés.